Les thématiques sont très pertinentes. Les formations doivent permettre aux participants la prise en compte des nouveaux usages des véhicules électriques dans la gestion énergétique globale du bâtiment. Pour faire face à ces nouveaux enjeux, de nouvelles compétences permettront d’appréhender les nouvelles règles de la transition énergétique afin d’utiliser au mieux les ressources énergétiques disponibles.

Pascal Toggenburger:
Président Directeur Général, PARKNPLUG, représentant de l’AVERE et de la FFIE

 

« Former les étudiants, actifs de demain, à la ville intelligente et économe, à une nouvelle approche plus vertueuse de la conception et des usages, en y intégrant les évolutions technologiques et économiques, c’est s’assurer de préparer l’avenir dans le respect de la planète et de la personne humaine.»

Sabine DESNAULT,
Directrice de l’Innovation et du développement durable  NEXITY

 

L’angle « transition énergétique et écologique » donné à l’ensemble des formations sur la « smart city » (le bâtiment, le quartier, la ville) fait sens et permet d’aborder un ensemble de sujets majeurs de la ville (mobilité, énergie, efficacité énergétique, éclairage, déchets, stationnement,…).
Il me parait aussi intéressant de repositionner le bâtiment « intelligent » à l’intérieur d’un écosystème qui doit lui aussi être « intelligent » (quartier, ville).Enfin, je ne doute pas que ces formations permettront de donner une vision équilibrée de la smart city, entre technologie et optimisation des process d’un côté, intelligence collective et numérique de l’autre.

Cédric VERPEAUX
Responsable du pôle « Ville numérique et durable »
Département Développement Numérique des Territoires
Caisse des Dépôts et des Consignations

 

Le développement du numérique (BIM, Big Data, objets connectés) dans le bâtiment, la filière immobilière et l’aménagement urbain induit une transformation majeure de nos métiers.  Les formations proposées par Smart Use accompagnent ces transformations vers plus de transversalité, des approches globales de la conception à l’exploitation et la prise en compte de la performance servicielle des ensembles bâtis.

David ERNEST :
Innovation & Energy Director, VINCI Facilities

 

Avec l’internet des objets le numérique s’invite à tous les niveaux de notre environnement et remet en cause de manière fondamentale tous nos modèles économiques. Cette évolution rapide voire brutale ne peut être bénéfique pour notre société que si elle s’accompagne de plans de formation systématiques et coordonnés entre tous les secteurs impactés. Cela touche bien entendu le Bâtiment et au-delà la Ville et  le Territoire qui avec les enjeux énergétiques et sociétaux représentent un vivier considérable de richesse. Les programmes de formation proposés s’inscrivent  parfaitement dans cette nouvelle problématique.

Emmanuel FRANÇOIS:
Président, Smart Buildings Alliance

 

Ce socle de formations entre tout à fait en résonance avec le développement et le management des projets complexes. La prise en compte des nouveaux usages avec plus de sobriété énergétique fait aussi émerger de nouveaux services dans des contextes différents et des changements de modèles.
La « maquette numérique » au cœur de l’ingénierie d’installation générale et de la question du cycle de vie est un atout formidable qui permet de diffuser le PLM (product life cycle management) dans le bâtiment et plus largement dans l’aménagement et l’urbanisme.
Ces formations sont en adéquation avec les nouvelles exigences de management   qui mobilisent les parties prenantes de la co-conception à la fin de vie des produits.
Le champ des possibles est ouvert aux étudiants qui suivront ces enseignements, les besoins sont considérables.

Fariza JEANEAU :
Vice Présidente Open Innovation et Développement Durable, AFNET

 

A l’heure où le numérique bouleverse l’ensemble des secteurs traditionnels comme il l’a fait pour les médias, la culture, le tourisme, on ne peut que saluer la mise en œuvre de formations au croisement métiers et numérique. Nous apprécions l’approche pluridisciplinaire des MBA, nous saluons le fait qu’ils dotent les étudiants d’une compétence en système complexe et qu’ils s’articulent autour d’une maquette numérique du bâtiment.  Un coup de cœur tout particulier pour le « Bachelor Smart building et Internet des Objets ».

Brigitte Cardinaël :
Head of cooperative research  at Orange Labs Research, ORANGE
(Responsable de la recherche coopérative et des relations avec les académiques)

 

Nous sommes convaincus par le rôle clé que vont jouer les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), dans des secteurs aussi variés que ceux du bâtiment, de l’énergie et des ‘utilities’, de la mobilité, de la santé et du bien-être, de la sécurité, de l’éducation … en bref, tout ce qui forme le cœur de la vie d’une collectivité.
Former à la bonne mise en œuvre de cette révolution numérique, comme le propose Smart Use, est essentiel, pour réussir le pari d’une société bas carbone à laquelle nous aspirons tous.

Catherine Moulin :
Directrice Santé et Environnement, SFR, Groupe Numericable-SFR

 

La « Ville numérique » ou « Ville intelligente » a des impacts grandissants pour les Collectivités locales et leurs équipes, ainsi que pour les fournisseurs de services. Cela exige de former des ingénieurs, techniciens et  chargés d’études qui interviennent en phases de conception et d’exploitation de ces services et systèmes. Grâce à la mise en œuvre d’une pédagogie par le projet, ces diplômes MBA et Bachelor vont pleinement répondre à cet objectif.

David BOUSSO:
Vice-Président de la CAMV au Développement économique

 

Les défis d’une « construction durable » entrainent une mutation des pratiques professionnelles, en particulier du fait de l’arrivée des technologies numériques, de matériaux innovants, mais également de nouveaux modes d’organisation entre acteurs.
Ces formations ‘smart use ‘ vont  jouer un rôle majeur dans l’accompagnement des professionnels de la construction comme de l’aménagement et en faire les garants de l’efficacité énergétique, de la qualité environnementale des bâtiments comme du confort de leurs usagers.

Christian Sabrié :
Département Technologies de l’Information et Diffusion du Savoir, CSTB

 

Le pôle de formation Smart Use et ses MBA spécialisés ont un positionnement et un contenu réellement innovants, qui traitent précisément des enjeux et opportunités qui vont se développer au travers de la transformation des systèmes d’énergie. Cette transformation Smart Energy va générer énormément de valeur ajoutée dans les prochaines années, qui va d’ailleurs au-delà de la question énergétique en permettant l’émergence de nouveaux usages et services. Pour autant le spectre en termes de savoirs faire est tout simplement gigantesque à cause de la convergence des différentes technologies métiers et seule une formation comprenant l’ensemble des modules nécessaires permettra de livrer la formation des décideurs de demain.

Sébastien Meunier:
Directeur du marché Performance Energétique, ABB France

 

La CAPEB Grand Paris salue l’approche systémique de SMARTUSE pour développer une offre de formation inédite autour du smart building et de la performance énergétique. Elle retient plus particulièrement celles intitulées «  Bâtiment Intelligent et Transition Energétique » et  «  Smart Building et Internet des Objets ». Le numérique doit faire partie de la boîte à outils des entreprises artisanales du bâtiment bien disposées à innover dans ce sens. Aussi ces formations en alternance qui s’inscrivent dans le cadre de projets spécifiques contribueront à l’émergence de nouveaux modes de rénovation du bâti. Ne disait-on pas autrefois d’un bon maçon qu’il savait faire parler les murs ? Aujourd’hui il doit communiquer avec eux. La démarche initiée par  SMARTUSE au travers de ses formations démontre, s’il le fallait, qu’on a tout à gagner en se connectant au bâti !

Claude Cutajar :
Secrétaire général adjoint de la CAPEB Grand Paris.