Big data et intelligence artificielle : 7 métiers innovants

CMS header image

Si notre société a connu plusieurs changements technologiques d’envergure au cours des dernières années, aucun ne sera plus puissant que celui qui se profile avec le big data et l’intelligence artificielle (IA). Ces deux notions sont intimement liées, car elles ont besoin l’une de l’autre pour fonctionner. D’un côté, on collecte, agrège et trie des données, et de l’autre on les rend utiles, actionnables et utilisables à des fins très différentes. Travailler dans les métiers du big data et de l’IA requiert à la fois de bonnes connaissances techniques, mais aussi une expertise en gestion de projets et une bonne culture économique. Pour en savoir plus, focus sur 7 métiers innovants.

Chief Data Officer

Il faut le voir comme le directeur général des données. C’est un poste à responsabilité qui doit manager l’ensemble des flux et des usages qui se construisent derrière la collecte des données. Ces dernières peuvent provenir d’une multitude d’usages, comme des sites web, applications mobiles, logiciels, produits connectés, caméras, badges d’accès, GPS, interactions sociales, etc.

Le Chief Data Officer définit la stratégie et travaille en collaboration avec de nombreux profils techniques pour développer l’architecture, extraire les données et les convertir en leviers concrets pour l’activité d’une organisation publique ou privée.

Architecte Big Data

C’est un profil technique – souvent diplômé d’un bac +4/+5 avec des spécialisations en informatique, statistiques ou data management. Le rôle de l’architecte big data est de procéder à la collecte des données brutes, d’organiser leur stockage de manière sécurisée, de favoriser leur compatibilité avec des systèmes existants, et de structurer la business intelligence d’une entreprise. C’est un métier très collaboratif, car il doit être capable de traduire un objectif business en action concrète à partir des données existantes ou à collecter.

Data Protection Officer

On entre ici dans une vision plus protectrice et régulatrice de la gestion des données. Depuis la mise en place de la nouvelle réglementation européenne (RGPD), le data protection officer doit s’assurer que l’entreprise respecte la législation sur les données. C’est la personne-ressource pour toutes les questions liées à la gestion des données personnelles, de la collecte à la conservation en passant par l’utilisation et les alertes en cas de piratage.

Le data protection officer a aussi un rôle de coach dans le sens où il sensibilise sa direction et les collaborateurs d’une organisation à l’importance des données, du droit et de l’éthique.

Data Analyst

Toutes les entreprises possèdent de très nombreuses données issues de leurs fichiers client, fournisseur, prospect, personnel, etc. Le data analyst doit donner du sens aux données collectées. Il les analyse, les recoupe et peut ainsi dégager des tendances et des informations utiles pour prendre la bonne décision au bon moment. C’est un profil qui aime les mathématiques et l’informatique, mais qui apprécie surtout le fait de trouver des solutions à des questions complexes en regardant les données disponibles.

Chatbot master 

Avec la popularité croissante des chatbots, de plus en plus d’entreprises souhaitent utiliser ce levier pour optimiser leur stratégie commerciale, marketing et service client. Or, créer un chatbot ne s’improvise pas. S’il existe beaucoup de solutions clés en main, ces dernières reposent sur des scénarios écrits d’avance. Le chatbot master travaille sur la création d’un robot capable de communiquer en langage naturel à partir de l’exploitation des données à sa disposition. Il peut travailler chez un annonceur pour des projets internes ou externes, ou en agence spécialisée. C’est un poste qui est à la frontière entre chef de projets et concepteur technique très verticalisé, et un mélange équilibré entre IA et big data.

Computational Linguist

C’est un métier émergent qu’on pourrait traduire par « linguiste informatique » ou « professionnel de la linguistique numérique ». Son rôle est de rendre les systèmes d’IA le plus humain possible pour converser en langage naturel. Il va donc extraire l’information des données disponibles pour construire des prises de parole informatisée. Le computational linguist travaille en collaboration avec l’équipe de développement et se situe à la croisée des chemins entre sciences humaines et sociales et informatique.

Éthicien

Difficile de ne pas parler d’éthique en matière de traitement des données. Il n’y a qu’à voir les récents scandales concernant les grands réseaux sociaux pour se rendre compte que l’éthique a toute sa place en matière d’IA et de big data. Ce métier consiste à doter l’IA d’un cadre éthique. Cela signifie construire des règles et des principes de fonctionnement qui soient conformes aux valeurs universelles défendues (respect de la diversité, protection des données personnelles, modération…).

Les métiers du big data et de l’IA sont en mouvement permanent et requièrent souvent de se former en continu. En effet, les technologies évoluent, tout comme les tendances et les besoins des clients. Ce sont des métiers riches, attrayants et passionnants, car ils nécessitent de travailler en mode projet, de bien connaître le business de l’entreprise et de transformer des données indigestes en action à forte valeur ajoutée.

Si l’intelligence artificielle vous intéresse, retrouvez notre MBA spécialisé en management de l’intelligence artificielle é ou contactez nous.