Comment devenir contrôleur de gestion

Trait d’union indispensable entre les activités opérationnelles et la vision stratégique, le contrôleur de gestion occupe une place à part dans l’organisation d’une entreprise. Son rôle est de faire parler les chiffres : d’explorer, de décoder, d’anticiper et de donner des indicateurs fiables sur lesquels prendre des décisions éclairées. Une mission cruciale qui requiert des profils qualifiés, à l’aise avec l’ensemble des données financières de l’entreprise, mais également avec les processus métiers en place. Décryptage.

Le rôle et les responsabilités du contrôleur de gestion

Comme son nom l’indique, il contrôle les budgets. Mais pas seulement !

Le contrôleur de gestion est une sorte d’architecte financier. Il établit des prévisions de budget, il travaille en proximité avec les équipes commerciales pour réaliser des simulations de chiffre d’affaires, il anticipe les difficultés financières et apporte des réponses à toutes les problématiques de gestion en interne.

En étudiant les coûts générés par l’activité de l’entreprise, ou par une de ses filiales ou un de ses services, il cartographie les flux financiers et travaille sur des stratégies permettant d’optimiser les dépenses. Grâce aux outils de contrôle dont il dispose, il est souvent l’interlocuteur privilégié de la direction générale et financière, en particulier au sein des PME où il est l’une des ressources les plus importantes pour le dirigeant.

Les qualités d’un bon contrôleur de gestion

Comme pour la plupart des fonctions financières, la rigueur, la précision et un haut degré d’analyse sont des qualités indispensables. Le contrôleur de gestion doit en plus être doté d’un bon bagage économique pour comprendre les rouages de l’entreprise, et managérial, pour mesurer les interactions entre les services, négocier, expliquer et comprendre les spécificités internes.

Il doit aimer les chiffres, le traitement des données, les statistiques et être capable de les présenter de manière simple et compréhensible. En ce sens, il est aussi pédagogue pour expliquer, convaincre et éclairer les décideurs de l’état financier d’un secteur, d’une branche ou d’une entreprise.
Le contrôleur de gestion doit aussi savoir bien gérer son temps : les échéances sont nombreuses et extrêmement importantes. Il doit être en mesure de bien gérer la pression et d’organiser ses priorités en conséquence.
Si des connaissances approfondies en droit ne sont pas indispensables, il est toutefois toujours utile d’en connaître les grandes notions, car la mise en conformité du budget et le contrôle qualité financier peuvent aussi faire partie de son travail.

Enfin, le contrôleur de gestion ne travaille jamais seul. Il doit animer des équipes et optimiser ses processus internes pour recueillir des informations avec un haut niveau de précision.

Les études pour devenir contrôleur de gestion

Il existe en général deux grandes voies possibles pour devenir contrôleur de gestion : un bac+2 (BTS ou DUT avec une spécialisation en comptabilité ou finance) et un bac+5 (école de commerce ou IAE).

En général, les jeunes diplômés débutent leur carrière en tant qu’assistants de gestion afin de se familiariser avec le métier, les enjeux et les obligations. Le poste de contrôleur de gestion peut ensuite s’ouvrir à eux après quelques années d’expérience.

La carrière du contrôleur de gestion

Le contrôle de gestion est un métier que l’on retrouve dans toutes les structures : grands groupes, PME, organisations publiques ou parapubliques, cabinets de conseil, associations, etc. Parce que chaque structure est différente, le contrôle de gestion l’est également. Si les fondamentaux du métier sont identiques, on ne fait pas le même contrôle de gestion dans une entreprise internationale avec des filières à l’étranger que dans une PME industrielle ou au sein d’une collectivité territoriale.

D’autre part, il est possible d’ajouter des compétences supplémentaires à son profil par le biais de la formation continue ou de l’executive education pour se former via des Mastères spécialisés, des MBA ou des diplômes plus spécifiques comme le DEC (diplôme d’expertise comptable) afin d’évoluer vers des postes de DAF (directeur administratif et financier) ou d’expert-comptable.

Le métier de contrôleur de gestion ne connaît pas la crise. C’est un poste qui nécessite de bonnes connaissances techniques via des expériences professionnelles nourries par une formation initiale ou continue de haut niveau. Un poste clé aux évolutions importantes pour débuter ou poursuivre une carrière dans le grand monde de la finance.

Si vous souhaitez devenir contrôleur de gestion, découvrez notre formation auditeur(rice) et contrôleur(euse) de gestion et venez nous rencontrer !