Comment former la prochaine génération à l’intelligence artificielle ?

CMS header image

L’intelligence artificielle (IA) n’est pas un nouveau langage informatique ou une technologie qui s’appréhende en quelques semaines. C’est un ensemble de technologies complexes qui ouvre un potentiel infini, et qui risque de transformer le monde économique. Avec l’IA, les tâches répétitives et à faible valeur ajoutée vont disparaître. La logistique va s’automatiser, le monde agricole saura quand arroser, récolter et protéger les plantes et les céréales, le monde médical pourra mieux diagnostiquer les maladies, et les services aux professionnels vont s’améliorer. 

Et encore, ce ne sont que quelques exemples de ce qui nous attend avec l’IA dans les prochaines années. Or, les projets liés à l’intelligence artificielle sont rarement des projets simples. Cela signifie qu’ils requièrent des têtes bien faites, capables d’appréhender toutes les problématiques, à la fois éthiques, techniques et informatiques de l’IA. Sans oublier des notions d’expérience utilisateur, d’usabilité et d’efficacité. Et pour cela, il faut se former aujourd’hui pour bien préparer le futur.

Acculturer le top management

Une étude du Boston Consulting Group soulignait qu’un tiers des entreprises ayant lancé des projets d’intelligence artificielle ont échoué. La raison est qu’il y a beaucoup d’attentes fantasmées sur ce que peut faire l’IA en entreprise. Avant de se lancer, il faut donc savoir ce qu’elle peut apporter, comment et dans quel cadre. Pour y parvenir, il est nécessaire d’éduquer, de former et de partager la bonne parole. En particulier auprès des managers. 

Cette étape d’acculturation n’a pas besoin d’être trop technique. Ce qui compte c’est que le top management comprenne comment l’IA fonctionne et comment elle peut être utilisée en interne. 

Ce travail peut se réaliser par des séminaires internes, des autoformations ou des formations courtes de quelques jours. Le but est de s’assurer que les dirigeants d’une entreprise puissent être en mesure d’encourager le développement des projets d’IA en recrutant les nouveaux talents au bon moment. Convaincre son patron que l’IA est le next big thing est aussi un pas dans la bonne direction pour accélérer les formations internes et la transformation digitale de l’organisation.

Se former en continu

La science des données reste un métier très technique, qui demande des compétences poussées en mathématiques et en statistiques. C’est pourquoi, en plus de recruter de jeunes diplômés spécialisés, il est aussi utile de faire monter en compétence les équipes actuelles ayant une appétence naturelle pour l’intelligence artificielle. Toutefois, celles-ci ne se limitent pas uniquement à la direction des services informatiques. Il peut y avoir de bons candidats dans de nombreux domaines, y compris des profils brillants qui apprennent sur leur temps libre sans que vous le soupçonniez. 

Une fois les futurs talents identifiés, les options sont presque illimitées. MOOC, cours en ligne diplômants, formations en présentiel, executive MBA… l’offre de formation en continu n’a jamais été aussi importante.

Renforcer les compétences clés

Travailler avec l’intelligence artificielle nécessite de disposer de compétences pointues en mathématiques, en statistiques et en programmation informatique. Mais pas uniquement. Ces compétences peuvent aussi se renforcer avec une meilleure connaissance en matière de gestion de projet complexe. Travailler avec l’IA, c’est aussi acquérir des soft skills (savoir-être), comme la capacité de travailler en équipe, la communication orale, l’intelligence émotionnelle et l’écoute active. Il faut également être à l’aise avec les grands principes de gestion de projets, les méthodes agiles et le développement collaboratif.

Se former à tout niveau

Quand on parle d’IA, on pense surtout à des ingénieurs surdiplômés. C’est vrai, mais c’est loin d’être suffisant. Dans la réalité du marché du travail, toutes les organisations n’ont pas besoin de data scientists avec des profils très complets (et qui coûtent donc très cher). Il faut aussi former des techniciens en intelligence artificielle, avec des spécialisations en machine learning ou data architecture, par exemple.

Ces formations courtes et plus ciblées concernent des profils plus opérationnels qui sont indispensables pour donner vie à des projets d’IA. Ce qui compte, c’est de renforcer les acquis des salariés comprenant la logique de la programmation et disposant d’un bon niveau en mathématiques pour les faire évoluer vers des fonctions plus spécifiques. Et ce, sans forcément nécessiter un diplôme d’ingénieur, car les deux profils peuvent (et doivent) travailler ensemble.

Il est important de former dès aujourd’hui les futurs professionnels de l’intelligence artificielle. Au-delà des écoles et des instituts de formation initiale, il faut aussi miser sur les professionnels disposant de plusieurs années d’expérience. Que ce soit pour se reconvertir ou affiner ses compétences et évoluer en entreprise, une bonne formation peut amener un salarié en poste vers une nouvelle carrière. Dans tous les cas, il faut clairement définir ses objectifs afin de cibler la formation qui permettra d’accéder aux métiers et aux fonctions souhaités.