Cosmétologie, nutrition, homéopathie, diététique

Dans une société où la population est vieillissante et où le besoin de prendre soin de soi est de plus en plus fort, le secteur médical et paramédical a un rôle important à jouer. Ce sont des professions qui sont très variées et qui peuvent s’exercer en contact direct avec des patients, avec un rôle de conseil, voire de diagnostic, ou au sein d’organismes publics et privés, dans les laboratoires et instituts de recherche. Dans tous les cas, ce qui compte, c’est d’être capable d’aider et d’accompagner les patients et les usagers vers des services et des produits utiles pour se sentir mieux. Focus sur 4 secteurs d’avenir.

La cosmétologie : pour créer les produits de demain

La création et la commercialisation d’un produit cosmétique nécessitent plusieurs étapes importantes, allant des études de marché à la recherche des bons ingrédients, en passant par les phases de test, de fabrication et de distribution. Les professionnels de la cosmétologie peuvent donc travailler en laboratoire pour créer des produits cosmétiques et développer des nouvelles formules, mais également en bureau et sur le terrain pour promouvoir ces offres et mettre en place un plan de distribution direct ou indirect. Les produits cosmétiques sont très variés. Crèmes hydratantes, gels douche, shampoings, eaux de toilettes, poudre, maquillage, produits d’entretien… il existe de nombreuses catégories et sous-catégories avec des expertises uniques qui recrutent des salariés dans des secteurs très variés.

La diététique : pour mieux manger

Le rôle du diététicien touche essentiellement à l’alimentation et à la santé. Son but est de mettre en place un régime alimentaire qui dépend des besoins des patients ou des utilisateurs afin qu’ils se sentent plus en forme et plus performants.
Le diététicien peut travailler dans différents cadres. En milieu hospitalier, il rencontre les malades, échange avec eux sur leurs besoins spécifiques et élabore des menus particuliers selon les différents cas (sans gluten, sans sel, riche en fibre, etc.), tout en intégrant les contraintes budgétaires données. Au sein des collectivités comme les cantines scolaires, les restaurants d’entreprises ou les centres sportifs, il s’occupe des menus, de l’hygiène et accompagne les cuisiniers et le personnel dans l’élaboration des repas. Enfin, il peut aussi travailler à son compte pour accompagner ses clients, en particulier dans les cas d’obésité, de surpoids ou de régime particulier comme les personnes diabétiques ou végétaliennes, mais aussi dans le secteur privé pour concevoir des produits alimentaires nouveaux et mettre en place des études et des recherches sur l’alimentation.

La nutrition : un médecin avant tout

Si on confond souvent diététicien et nutritionniste, il existe des différences importantes. Un nutritionniste est un médecin qui a suivi une formation médicale de base (bac + 8) ainsi qu’une formation complémentaire spécialisée en nutrition. Son rôle est de traiter les troubles alimentaires de ses patients pouvant aller des allergies aux intolérances alimentaires en passant par l’obésité, l’anorexie ou encore le cholestérol.
En tant que médecin, le nutritionniste peut prescrire des examens, des analyses ou des médicaments. Son milieu de travail est varié : il peut travailler à domicile, dans un cabinet ou en milieu hospitalier et dispose d’un savoir-faire unique basé sur son expérience, la recherche en cours et sa formation.

L’homéopathie : la santé par les plantes

Si les principes de l’homéopathie font débat, il n’empêche que de très nombreuses personnes utilisent les plantes pour se soigner et pour mieux vivre au quotidien. En France, pour être homéopathe, il est avant tout nécessaire d’être médecin. L’homéopathie est alors une spécialité complémentaire qui est utilisée par certains médecins généralistes afin d’étendre les possibilités de traitement.
On peut également travailler dans le milieu homéopathique au sein des laboratoires et des instituts de recherche. Conception d’une solution homéopathique, recherche, test, fabrication, distribution et commercialisation sont autant étapes clés qui nécessitent des professionnels de la santé, de la vente et du marketing. L’homéopathie est également un secteur au sein duquel travaillent certains vétérinaires, chiropracteurs, herboriste, aromathérapeutes et naturopathes.

L’industrie pharmaceutique, médicale et paramédicale est en pleine évolution. Les liens qui existent entre santé et bien-être contribuent à mieux accompagner les patients et les usagers vers des démarches préventives qui mettent l’accent sur le mieux-être, les médecines alternatives et l’alliance entre des métiers complémentaires. De la conception des produits de santé à la consultation médicale, la cosmétologie, la nutrition, l’homéopathie et la diététique constituent des secteurs porteurs dynamiques pour faire carrière.

Découvrez notre MBA Spécialisé Directeur(trice) des structures de santé et de solidarité, ou contactez-nous !