Data Protection Officer, un métier dans le domaine de la Cybersécurité

CMS header image

Le Data Protection Officer, souvent appelé DPO, est un métier qui apparait dans un contexte où la sécurité des données de l’entreprise est un enjeu majeur de l’économie et des affaires. Il consiste à mettre en oeuvre des dispositifs informatiques de protection des informations numériques. Mais aussi veiller à l’utilisation légale des données recueillies par l’organisation pour laquelle il travaille. On peut exercer cette fonction après l’obtention du MBA Management de la Cybersécurité de l’ILV.

Qu'est-ce-qu'un Data Protection Officer et quelles sont ses missions ?

Qu’est-ce-qu’un Data Protection Officer ? C’est la personne en charge de la protection des données et de la veille informatique au sein d’un groupe, d’une association, d’une entreprise ou d’une l’administration. Le rôle du Data Protection Officer est aujourd’hui primordial dans une entreprise.

Tout d’abord, il veille au respect de la législation de la protection des données et orchestre sa mise en conformité avec la loi en collaborant avec les équipes achat, juridique, IT… Ensuite, il émet les préconisations et doit proposer des solutions alternatives respectueuses de la loi. Également, il a pour mission de conseiller et convaincre les organes dirigeants puis gérer les risques et les incidents de sécurité. Enfin, il doit vérifier que son entreprise ou son groupe mène toutes les actions possibles pour sécuriser la base de données.

Les qualités et compétences requises pour exercer ce métier

Plusieurs qualités et compétences sont demandées pour exercer cette fonction. D’abord, l’indispensable maîtrise de l’informatique, du web et des outils numériques. Ensuite, des connaissances en droit ainsi qu’une bonne organisation et de la polyvalence sont nécessaires.

Le DPO doit maîtriser des concepts de base de la protection des données et ses différentes composantes. Puis la réglementation générale sur la protection des informations personnelles, ainsi que toutes les approches. Tous les concepts, les techniques et les méthodes liées à la protection de ces données.

Aussi, le principe de confidentialité, la législation des systèmes, des transferts de données, le cyber droit, jusqu’aux incidents de protection et aux nouvelles menaces. Le Data Protection Officer est un spécialiste, il jongle entre le droit et les maths. Au vu de sa communication récurrente avec différentes parties, il doit aussi faire preuve de pédagogie et savoir convaincre.

Quelle est la rémunération d'un Data Protection Officer ?

Le salaire varie selon plusieurs facteurs tels que l’expérience ou l’ancienneté dans une même entreprise. Mais aussi selon la structure de l’entreprise. Néanmoins, le salaire moyen varie entre 2 200 à 5 000 euros bruts par mois.

Comment accéder à ce métier ?

Il existe plusieurs possibilités de parcours pour accéder au poste de Data Protection officer. Le métier étant relativement récent et la demande assez croissante, les écoles et universités ouvrent des formations pour vous proposer d’entrer dans le domaine de la sécurité des données numériques.

L’Institut Léonard de Vinci propose un MBA spécialisé Management de Cybersécurité qui débouche sur le métier de DPO.

Néanmoins, si vous n’avez pas suivi de formation spécifique, vous pourrez postuler au poste de DPO. À partir d’un bac + 3 ou 5 selon votre orientation initiale, en obtenant une certification DPO.

Quels sont les évolutions de carrière ?

Il existe de nombreuses possibilités d’évolution pour ce métier du numérique. Par exemple, vous pourrez évoluer en exerçant les fonctions de délégué à la protection des données. Ou être informaticien, ingénieur en cybersécurité. Ou encore juriste spécialiste des NTIC. Aujourd’hui, le recrutement du Data Protection Officer se développe considérablement.