sécurité intérieure

Nous vivons tous dans un environnement qui évolue très rapidement. Informations, interactions, innovations… aujourd’hui, tout va très vite et la démocratisation de l’informatique a transformé notre manière de travailler, de consommer et de communiquer. Si la digitalisation de notre économie est source de croissance et d’opportunités, elle est aussi une source de risques importants. Et c’est loin d’être le seul risque. Entre attaques terroristes, risques financiers et incertitudes climatiques, la sécurité intérieure est un secteur qui est aussi en plein bouleversement. Retour sur les 4 grands risques que les professionnels de la sécurité doivent gérer au quotidien.

Le risque numérique : entre piratage, cyberterrorisme et influence politique

Au printemps 2017, un ransomware (un virus informatique capable de crypter des données et exigeant une rançon pour libérer le système informatique) s’en est pris à 16 hôpitaux britanniques. Résultats : des opérations chirurgicales reportées, des annulations de rendez-vous en cascade et un temps précieux perdu à tenter de gérer une crise sans précédent.

À la même période, au Canada, des intercepteurs de communication mobile sont identifiés à proximité du parlement dans la capitale fédérale Ottawa. Ces appareils peuvent capter les données des téléphones mobiles et écouter les conversations téléphoniques des citoyens comme des parlementaires.

Au printemps 2019, c’est la ville de Baltimore, sur la côte est des États-Unis qui est touchée par un virus. Les employés n’ont plus d’accès à leurs emails, et les résidents sont dans l’impossibilité d’accéder aux services municipaux en ligne.

Trois exemples et trois situations différentes qui illustrent bien les défis auxquels sont confrontés les professionnels de la sécurité numérique. C’est un risque qui se doit d’être anticipé alors que le numérique constitue plus qu’une technologie, mais caractérise à présent notre mode de vie.

Le risque terroriste : entre attaques, enlèvements et attentats suicides

Les cartes géopolitiques ont été complètement remaniées ces dernières années avec une montée en puissance des mouvements populismes et nationalismes qui exacerbent les tensions, entre discours ravageurs et velléité d’expansion. De leurs côtés, les groupes terroristes évoluent et ciblent de nouveaux pays qui étaient encore relativement épargnés. Pour les forces de sécurité locales, tout devient compliqué. Pour les entreprises et les représentations diplomatiques qui doivent gérer du personnel détaché ou expatrié, la sécurité est une priorité. C’est un risque qui est aussi présent sur le territoire français, où la sécurité se renforce dans les aéroports, les gares et les zones à fort transit. Pour y répondre, il faut donc des professionnels qui sont formés à ces nouvelles tendances, tant sur le terrain qu’à un niveau plus stratégique pour élaborer des processus, des scénarios d’urgence et former les équipes en place.

Le risque financier : entre spéculation folle, escroquerie et cryptomonnaies

La crise financière de 2008 est un exemple récent qui a généré des ondes de choc très importantes. Or, malgré les nouvelles règles mises en place par les États, ces crises peuvent se reproduire de manière cyclique. Le risque financier ne se situe d’ailleurs pas qu’au niveau des nations, mais touche aussi les particuliers et les entreprises. Escroquerie, détournement de fonds, fraude fiscale… le risque financier concerne de nombreux professionnels, car tout le monde est concerné, de la multinationale en passant par les banques, les entreprises de taille modeste et les organisations publiques.

En parallèle, le développement des cryptomonnaies, comme le bitcoin, ajoute une nouvelle couche de risque, en raison de sa volatilité et de sa traçabilité complexe, qui se situe à la frontière du risque financier et du risque numérique.

Les risques naturels : entre changement climatique et impréparation humaine

Quoi qu’en disent les sceptiques, le changement climatique est une réalité qui affecte tout le monde et qui va, à terme, contribuer à changer notre mode de vie. Le terme de réfugiés climatiques fait partie du vocabulaire des professionnels de la sécurité en raison de la montée des océans, des incendies et de l’érosion de nos côtes. Des réfugiés qui ne viennent pas nécessairement de l’étranger, car la France aussi est touchée. Si la cause des risques naturels est complexe et gérable au niveau des États, c’est sur le terrain que les professionnels de la sécurité doivent agir pour anticiper, former et intervenir quand c’est nécessaire.

La sécurité intérieure est un métier passionnant et très gratifiant, mais également pluriel et complexe. C’est pourquoi il est essentiel de pouvoir être en mesure de se former en continu en raison de l’évolution des risques. Si certains sont plus prévisibles que d’autres, tous peuvent avoir des conséquences fâcheuses et inattendues qui peuvent impacter la vie quotidienne de la population.

Découvrez notre MBA spécialisé Management de la sécurité intérieure ou Contactez-nous !