smart energy

La question des changements climatiques est plus que jamais au cœur de l’actualité. En Europe, les secteurs les plus consommateurs d’énergies restent le transport, le bâtiment et la construction, ainsi que l’industrie et les services. Face à une large demande, l’Europe est obligée d’importer une grande partie de son énergie. 80% de son pétrole et 60% du gaz viennent ainsi de Russie et du Moyen-Orient. Face à cette situation, l’indépendance énergétique reste un pilier central de la politique européenne, tout comme la transition vers les énergies renouvelables. Des Smart Energies permettant de consommer moins d’énergie et de mieux la répartir grâce à des innovations technologiques et scientifiques. Et c’est justement pour accompagner les États européens que l’Union Européenne (UE) encourage une transition énergétique plus verte et plus vertueuse.

Les objectifs européens en matière d’énergie

Changer les modes de consommation et la provenance de l’énergie consommée sur un continent entier n’est pas une tâche facile. C’est la raison pour laquelle l’UE s’est fixée des objectifs progressifs. De 2020 à 2050, la consommation énergétique devra être plus responsable de façon à encourager les investissements pour favoriser la transition énergétique. C’est ainsi que dès 2020, l’UE souhaite réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 20 % par rapport aux niveaux de 1990, faire en sorte que l’énergie renouvelable atteigne 20% de l’énergie consommée et améliorer l’efficacité énergétique.
Des objectifs qui seront croissants jusqu’en 2050, où le but est de réduire de 80 à 95 % les émissions de gaz à effet de serre par rapport aux niveaux de 1990.
À terme, le vent et le soleil seront donc prioritaires par rapport au charbon et au nucléaire. Les coûts seront même réduits pour permettre aux coopératives citoyennes européennes de produire et vendre leurs énergies renouvelables. Un changement de paradigme qui s’annonce toutefois difficile en raison des contraintes administratives et réglementaires encore très lourdes et le poids du débat sur l’énergie nucléaire. Et c’est justement là où les Smart Energies peuvent faire la différence.
En favorisant le développement d’alternatives aux énergies nucléaire et fossiles, l’UE agit comme un catalyseur pour développer l’innovation et favoriser un changement de mentalité.

Une politique engagée et des subventions pour faciliter la transition

Pour se donner les moyens d’agir, l’UE développe des fonds d’aide et d’accompagnement. Elle finance ainsi de nombreux projets destinés à faciliter cette transition. C’est, par exemple, le cas pour la construction de parcs éoliens offshore, de la construction et de la réhabilitation de logements et d’établissements scolaires à basse consommation énergétique, et du développement de transports urbains propres. Au total, ce sont plus de 2 milliards d’euros qui sont investis dans le fonds européen consacré à la transition énergétique d’ici 2020.
La base de données Eurofunding regroupe toutes les informations pratiques et les appels à projets qui sont gérés directement par la Commission européenne. Toutes les entreprises privées ou les organisations publiques, parapubliques ou associatives peuvent ainsi soumettre un projet afin d’obtenir un financement européen. Ces subventions facilitent et encouragent le travail de recherche et de transferts de technologie et de connaissance de façon transversale, auprès de tous les acteurs de la filière énergie. Des producteurs d’électricité aux urbanistes, en passant par les élus et les constructeurs du BTP, l’investissement dans les Smart Energies est un relai de croissance qui a un impact durable sur les projets de société.
Obtenir une subvention européenne est toutefois une mission qui nécessite un intense travail administratif avec d’importantes exigences en termes de technicité. C’est la raison pour laquelle, elle est parfois déléguée auprès d’experts et d’agences dont c’est la spécialité. Ces dernières se faisant alors rémunérées à la soumission du projet ou sur un pourcentage de la subvention obtenue.

Dans un monde multipolaire, l’Union Européenne souhaite devenir un leader en matière de Smart Energies et de développement durable. Portée par le succès de grands rendez-vous mondiaux comme la COP21, mais sous la menace de revirements politiques internationaux – comme c’est le cas aux États-Unis par exemple, les acteurs économiques privés et les grandes organisations publiques ont également un rôle à jouer. C’est pourquoi le développement d’un réseau électrique européen unique et intelligent, ainsi que l’implication des marchés et des consommateurs sont essentiels à la réussite et au déploiement des innovations énergétiques.

Intéressé par le sujet des Smart Energies ? Retrouvez notre MBA spécialisé Smart Energy : Performance énergétique des process et bâtiments ou contactez nous.