MBA Management des Transitions Urbaines : 5 questions au Directeur avant la rentrée de novembre 2021

CMS header image

Les nouveaux étudiants du MBA Management des Transitions Urbaines feront leur rentrée le 22 novembre 2021 ! Nous accueillerons la deuxième promotion de ce programme entièrement dédié aux transitions urbaines, qui forme les futurs experts et acteurs de la ville intelligente et durable.

C’est donc l’occasion de poser quelques questions à Razzy HAMMADI, Directeur pédagogique du Master spécialisé Transitions Urbaines de l’Institut Léonard de Vinci.

Razzy Hammadi, c’est aussi :

1/ Pouvez-vous retracer rapidement votre parcours professionnel et ce qui vous a conduit à la direction du MBA spécialisé Transitions Urbaines ?

J’ai commencé ma carrière professionnelle en 2008 dans le domaine du conseil et des politiques publiques nationales et locales spécifiques au logement et au renouvellement urbain. J’ai ensuite travaillé dans les domaines des infrastructures notamment avec Meridiam. J’ai aussi créé en 2009, AEF habitat et urbanisme, la première agence d’information à l’époque spécialisée sur le logement.

J’ai aussi eu la chance d’être parlementaire entre 2012 et 2017, et de travailler sur les questions du logement et de la ville en étant cette fois-ci du côté du législateur. À l’issue de ce mandat je me suis appliqué ce que je préconise, et bien qu’étant déjà diplômé dans les domaines de l’économie et de l’économétrie, et ayant mené plusieurs projets d’aménagement, j’ai fait le MBA de l’Essec, ainsi que l’Ecole des Ponts en double cursus  avec Télécom Paritech, au travers du Master spécialisé Smart mobility.

C’est en parallèle de ce cursus  que j’ai créé New Tank Cities, première agence d’information spécialisée sur la ville qui compte à ce jour plus de 200 grands comptes abonnés, nos équipes couvrent au quotidien l’ensemble des champs qui font la ville, l’immobilier l’habitat le logement mais aussi l’aménagement l’urbanisme et l’architecture en passant par les mobilités et la logistique urbaine, sans oublier évidemment les énergies, l’environnement et tout ce qui se rapporte à la gestion des transitions. Je conseille aussi de grands groupes dans leur stratégie urbaine et participe au conseil stratégique d’opérateurs engagés dans les domaines de l’aménagement de la mobilité et de la logistique urbaine.

2/ A quel type de profil s’adresse le MBA Transitions Urbaines ? Quel bagage éducatif faut-il avoir pour le rejoindre ?

Le domaine que nous étudions, est en évolution permanente, je serai tenté de dire que le principal bagage et d’avoir envie d’apprendre. Ce que nous vous apportons, c’est la capacité à comprendre et à intégrer les processus qui font la ville  ainsi que les méthodes qu’il convient d’intégrer afin d’en être l’un des acteurs professionnels.

En un mot, nous vous transmettons les bases, la méthodologie, les connaissances par la pratique et l’expérimentation. Mais ce à quoi je tiens le plus, c’est d’être convaincu que chacune et chacun, une fois de retour dans le monde professionnel, est capable d’apprendre à apprendre, de s’adapter et d’enrichir son expertise.

Cependant, avoir une base dans les domaines concernés est plus que conseillé et souhaité. La candidature se fait sur bac +4 minimum, et sur la base de l’expérience professionnelle. Une validation des acquis peut exceptionnellement permettre d’y déroger sous certaines conditions.

Les profils qui suivent actuellement notre cursus peuvent être groupés en 3 catégories :

  • Ceux qui poursuivent leur formation initiale et recherchent une dimension leur permettant de manager et de comprendre l’ensemble des fonctions de la ville. C’est le cas notamment et à titre d’exemple des architectes.
  • Ceux qui sont déjà en poste dans leur secteur et souhaitent évoluer en se dotant de compétences, de savoirs, et de savoir-faire complémentaires leur permettant d’évoluer. C’est aussi le cas de collectivités qui souhaitent voir leurs cadres élargir leur champ de compétence et d’expertise.
  • Ceux qui se réorientent ou qui souhaitent entamer une nouvelle étape de leur vie professionnelle.

3/ Comment s’organise cette formation dédiée à la ville à l’Institut Léonard de Vinci ?

C’est une formation part-time : 3 jours, tous les 15 jours, avec 380 heures d’enseignements, une alternance, des projets tutorés et de nombreuses mises en situation.

Il y a également une thèse professionnelle, soutenue en fin de cursus et répondant à problème précis et concret qui se pose au sein de la structure d’accueil de l’alternance.

C’est aussi une trentaine d’intervenants, des dirigeants de premier plan en activité, des références académiques et des masterclass en sus du programme. Par exemple, cette année, des hauts dirigeants de l’OCDE, ou des vice-présidents de grandes collectivités en charge des thématiques abordées.

4/ Quels sont les points forts du Master Management des Transitions Urbaines ?

Le principal point fort de ce MBA est qu’il répond aux besoins nouveaux, en termes de compétences, des collectivités comme des groupes engagés dans le domaine urbain. Nous avons de très bons spécialistes dans notre pays mais un fonctionnement en silo qui amoindrit la capacité d’innovation, limite la capacité du management et empêche de bénéficier d’une vision globale qui s’appuie cependant sur une expertise fine rapportée à chaque fonction urbaine. C’est un constat qui a été réalisé par les professionnels eux-mêmes et qui aujourd’hui sont membre de notre comité pédagogique.

C’est pour cette raison que l’on peut distinguer trois grands champs dans notre enseignement :

  • les connaissances fondamentales (logement, mobilité, energie…),
  • les enjeux émergents (micro-mobilité, ZFE, végétalisation, ville productive, data…)
  • les outils et méthodologie de mise en œuvre.

Enfin l’écosystème de La Défense où se trouve le campus de l’ILV est un espace de rencontre à lui seul, et il ne nous faut que quelques minutes à pied pour rejoindre le siège d’une des entreprises partenaires et partager avec eux leurs dernières innovations.

5/ Les étudiants de la promotion 2020-2021 sont en alternance dans quel type d’entreprise ?

Je peux citer quelques exemples, ce qui est plus simple. Nous avons des collectivités, mais en majorité ce sont de grands groupes parmi lesquels:

  • Eiffage, spécialisé dans la construction, l’immobilier, les infrastructures, l’énergie, les routes
  • Engie, acteur mondial de l’énergie spécialisé dans la transition énergétique à travers ses trois métiers : électricité, gaz naturel et services à l’énergie
  • Nexity, 1er acteur de l’immobilier qui accompagne les particuliers dans leurs projets immobiliers : achat d’un bien dans le neuf ou l’ancien, location d’un logement, gestion, syndic de copropriété
  • des structures de références comme Egis, spécialisé en ingénierie et conseil dans les domaines des transports, de la ville, du bâtiment, de l’industrie, de l’eau, de l’environnement et de l’énergie.

Rejoignez un webinar pour découvrir en live le MBA Transitions Urbaines !

Avec Razzy Hammadi, Directeur du MBA

Des sessions d’information en ligne sont régulièrement organisées avec le Directeur du MBA, Razzy Hammadi, afin de vous donner toutes les infos sur le programme et le processus d’inscription.

Les étudiants témoignent

  • Management
    Samir RILI
    Promotion 2020/2021
    MBA Management des Transitions Urbaines
    Lire la suite
  • Management
    Turiata TETIHIA
    Promotion 2020-2021
    MBA Management des Transitions Urbaines
    Lire la suite
    TETIHIA Turiata diplômée MBA Transitions Urbaines