Métavers et IA : l’envers d’une révolution, par les étudiants du MBA Management de l’IA

24 janvier 2022
CMS header image

Article rédigé par Fabien Omhover, Steeve BONIFACE et Alexandre DJOUAD, étudiants du MBA Management de l'IA

Fabien Omhover, Steeve BONIFACE et Alexandre DJOUAD, étudiants du MBA Management de l’IA, partagent leur vision du Métavers dans article récemment posté sur Linkedin : « Métavers et IA : l’envers d’une révolution« .

Fabien Omhover, étudiant du MBA Management de l'IA, prend la parole sur Linkedin

Durant notre formation MBA Management de l’Intelligence Artificielle à l’ILV, nous avons eu la chance de nous intéresser au sujet passionnant du Métavers grâce à notre directeur de MBA, Joachim Massias.

Avec deux de mes camarades de classe Steeve BONIFACE et Alexandre DJOUAD, nous avons décidé de partager avec vous notre vision du Métavers au travers de l’article « Métavers et IA : l’envers d’une révolution » suite à nos journées de cours. Face à l’infobésité sur ce sujet, il nous a semblé important de définir ce qu’est le métavers et surtout d’en définir les différents usages… Nous vous souhaitons une bonne lecture ! 😉

Fabien Omhover
Steeve Boniface
Alexandre Djouad

Métavers et IA : l'envers d'une révolution

Le métavers est un terme à la mode, bien souvent associé à Meta de Facebook… à tort. Car s’il en est la partie émergée, il est bien plus que cela ! 

Tour d’horizon de cet univers dans le point par point suivant. 

Etymologie du mot Métavers ?

Le saviez-vous ? Méta est un préfixe du mot grec qui signifie au delà (En plus, il est valable au Scrabble 😄). Et verse renvoie au mot univers.

D’ailleurs, comment doit-on l’écrire ?

On peut l’écrire de 2 façons : En anglais on parle de « metaverse » et en français on utilise plus couramment l’orthographe « métavers ».

Un peu d’histoire…

Comme beaucoup des grandes évolutions, ce concept a été imaginé par des auteurs de science-fiction en 1968 dans le roman Simulacron 3 de Daniel F. Galouye, et ensuite par Neil Stephenson dans son livre « Le Samouraï virtuel » en 1992.

On pourra également regarder les films Clones avec Bruce Willis, Avatar de James Cameron, Ready Player One (qui est le meilleur film, sur le sujet) pour comprendre le Métavers et évidemment Tron.

Maintenant, essayons d’en donner une définition :

Selon Andrew Bosworth (président chargé de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée chez Facebook), c’est un « ensemble d’espaces virtuels dans lesquels vous pouvez créer ou explorer des environnements avec d’autres personnes qui ne se trouvent pas dans le même espace physique que vous ». Ce qu’il est important de comprendre, c’est que le métavers est un terme à la mode, (bien souvent associé à Meta de Facebook à tort), qui est souvent associé à un monde virtuel, ce qui est faux. Les mondes virtuels et les jeux avec des personnages pilotés par l’IA existent depuis des décennies, et ce n’est pas un univers « méta ». Il s’agit juste d’un univers synthétique et fictif conçu dans un seul but (un jeu). Le métavers n’est ni un espace virtuel, ni une réalité virtuelle.

Le métavers implique des interactions en temps réel, où les gens peuvent travailler, interagir socialement, effectuer des transactions, jouer et même créer.

Pour résumer, n’est pas Métavers qui veut, il faut :

une immersion, un monde ouvert et permanent, et des éléments durables.

Et l’équipement dans tout cela ?

  1. Un casque de réalité virtuelle. Cet accessoire est essentiel pour induire le fameux sentiment d’immersion : Oculus Quest 2 (à partir de 349 euros), mais aussi ceux de Sony et HTC, qui figurent parmi les fournisseurs de tels équipements. A l’avenir, cet équipement sera certainement remplacé par des lunettes à même de nous immerger plus facilement dans le Métavers. Certains évoquent même l’implantation d’interfaces neuronales (bon, on va se calmer…)
  2. Des capteurs tactiles à haute résolution, à même de répliquer le sens du toucher dans ce monde virtuel. On pourrait aussi envisager des combinaisons à même de transmettre des sensations tactiles dans les majeures parties du corps.
  3. Des vêtements, accessoires ou maisons personnalisés. L’engouement de plusieurs marques de luxe pour les NFT va de ce sens. Une plateforme telle que Exclusible propose aux créateurs de joaillerie, de mode, de produits de beauté et autres accessoires de luxe, de produire des NFT (Un NFT, acronyme de « non-fungible Token » peut prendre la forme d’une œuvre numérique, un terrain virtuel, un nom de domaine ou encore des équipements dans des jeux vidéo. Même s’ils sont issus d’un même projet ou d’un même artiste, à chaque fois le NFT représente un actif unique.)
  4. Et enfin, une monnaie parallèle, et donc une cryptomonnaie comme on en trouve dans The Sandbox avec laquelle on pourra acheter et revendre les objets du jeu. Les jeux « play to earn » (jouer pour gagner) sont eux aussi appelés à se développer.

Au fait, qui sont les grands acteurs du Métavers ?

On pourra citer Epic Games (Fortnite), Microsoft, Nvidia, Roblox, la startup Magic Leap qui bâtit une plateforme de réalité alternative (ils ont embauché Neil Stephenson en tant que visionnaire en chef), Meta de Facebook…

Et l’intelligence artificielle dans tout ça ?

Le concept métavers repose sur la réalité augmentée et virtuelle (AR/VR) en combinaison avec l’apprentissage automatique (machine learning) et l’ensemble de la technologie d’IA (Voicebot, moteur de recommandation, computer vision etc.), la 5G, l’Internet des objets (IoT) et la blockchain pour créer un monde numérique évolutif.

Exemple : Nvidia va créer un jumeau numérique de notre terre grâce à l’IA, rien que ça !

Dans l’industrie, BMW s’est associé à Nvidia afin de créer un jumeau numérique de son usine et Dassault Systèmes a présenté son jumeau numérique au CES 2022 de Las Vegas. Le but est de de tester cette copie virtuelle avant de déployer les changements en temps réel dans l’usine physique.

Le projet EGO4D de Facebook est un ensemble de données comprenant plusieurs milliers d’heures de vidéo à la première personne, ainsi qu’un ensemble de tests de référence pour les réseaux neuronaux, conçus pour encourager le développement d’une IA mieux à même de comprendre ce que c’est que de se déplacer dans des mondes virtuels du point de vue de la première personne. C’est ce qu’on appelle l’IA « égocentrique ».

Mais que faut-il à un métavers pour fonctionner ?

1-Les avatars :

Afin d’assurer le succès du métavers, il faudra s’assurer du réalisme et de l’expérience des utilisateurs. Un moteur d’IA permettra des rendus très réalistes en 2D et 3D.

Des entreprises comme Ready Player Me utilisent déjà l’IA pour aider à créer des avatars pour le métavers, et meta travaille sur sa propre version de la technologie.

2- Les humains numériques :

Les humains numériques sont construits entièrement à l’aide de la technologie de l’IA et sont essentiels au paysage du métavers.

Des PNJ (Personnage non-joueur) en gameplay aux assistants automatisés dans les lieux de travail VR, il existe une myriade d’applications, et des entreprises comme Unreal Engine et Soul Machines ont déjà investi dans ce domaine.

3- L’accessibilité dans toutes les langues :

Les humains numériques utilisent l’IA est pour le traitement du langage. Les conversations pourraient être traduites dans n’importe quelle langue, en fonction de la formation de l’IA, afin que les utilisateurs du monde entier puissent accéder au métavers.

De la réalité virtuelle à grande échelle

C’est là que l’IA prend vraiment tout son sens.

La production s’améliorera à chaque fois, avec de nouvelles entrées, des commentaires humains, ainsi qu’un renforcement de l’apprentissage automatique.

Interface intuitive

Enfin, l’IA peut aider à recréer un sens authentique du toucher en réalité virtuelle. Il peut également faciliter la navigation vocale, de sorte que vous pouvez interagir avec des objets virtuels sans avoir à utiliser de contrôleurs manuels.

Trois exemples de cas d’applications dans notre vie

Dans l’industrie : Le métavers est l’aboutissement des technologies déjà existantes. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder l’industrie qui utilise depuis de nombreuses années les nouvelles technologies afin de rester compétitives.

Citons la coopération à distance sur des projets : Enrichissement des usages de réalité mixte reposant sur des solutions cloud.

Au-delà de la simple collaboration à distance, l’usage de ces dispositifs à des fins de formation, construction ou de maintenance pourraient ainsi se démocratiser.

La continuité digitale se trouve au cœur des modèles de demain : un constructeur automobile pourrait mettre en vente sur le métavers des versions NFT de chacun de ses nouveaux modèles, dès leur sortie, et ainsi permettre à ses clients d’adopter le même véhicule virtuellement et réellement.

Méta formation : l’immersion au cœur de l’apprentissage 

L’utilisateur a une meilleure implication dans l’apprentissage et donc mémorise mieux. Cela lui permet également de se confronter dans le méta à son environnement de travail.

Par exemple, un professeur souhaitant expliquer à ses élèves l’Egypte ancienne, pourra directement proposer une immersion à cette époque plus vrai que nature.

Nouveaux modes de travail :

En raison de la pandémie de covid, une grande partie du monde travaille à domicile, et les interactions sociales diminuent. Dans le sillage de ce problème, Microsoft a introduit Mesh for Teams, une fonctionnalité qui sera disponible en 2022.

Chaque entreprise utilisant Teams sera en mesure de créer son propre univers de travail pour Mesh. Salles de réunion virtuelles, mise à disposition de documents et informations, gestion d’équipes, etc., autant d’éléments qui, à terme, seront matérialisés en 3D dans le métavers de Microsoft Teams.

Mesh pour Teams sera accessible depuis des smartphones et ordinateurs portables classiques, jusqu’aux casques de réalité mixte. Plusieurs options seront proposées aux utilisateurs afin de créer et rejoindre une réunion sous la forme d’un avatar unique et personnalisé.

Des signaux audios seront utilisés pour animer le visage. Ultérieurement, c’est à renfort de technologies d’IA et de recours à la caméra que des expressions faciales et mouvements seront affinés. Ce type d’expérience continuera d’évoluer en fonction de l’amélioration des capteurs sur les différents appareils.

Le métavers s’invite dans tous les domaines d’activité. Que ce soit pour la santé, les jeux, la culture, la banque et la finance…

Très récemment, Microsoft vient de racheter « Activision Blizzard » pour 69 millards de dollars et devient le troisième leader mondial des jeux vidéo dans le monde. Ce rachat augure un déploiement plus rapide que prévu dans les jeux vidéo par le Métavers.

Pour conclure :

De nombreuses entreprises se lancent dans le métavers, c’est donc une tendance de fond à surveiller sur 2022 et pour les prochaines années. La crise sanitaire n’y est certainement pas étrangère, car elle a purement et simplement supprimé les lieux de convivialité et de rencontres. Et la tentation sera grande de se réfugier dans ce nouveau monde.

Il faudra néanmoins améliorer l’expérience en miniaturisant les casques (à l’heure actuelle, cela pèse tout de même 500 g), mais également en créant des mondes qui ne ressemblent pas à des cartoons, et qui seraient susceptibles de nous lasser.

Du côté des point restant à améliorer, le métavers pourrait être utilisé pour des activités illégales (Darkweb), des risques élevés de piratage informatique et pourrait créer de nombreuses addictions à ces nouveaux mondes.

Si toutes ces perspectives sont passionnantes, elles soulèvent de nombreuses questions d’ordre éthique dans la mesure où nous basculons dans une nouvelle ère, peut-être même une autre manière de concevoir la place de l’homme… et la société !

 

Alexandre Djouad, Steeve Boniface et Fabien Omhover

Etudiants au sein du MBA Management de l’IA de l’ILV

Promotion 2021-2022

Témoignages des étudiants et diplomés du MBA Intelligence Artificielle

  • Digital
    Simon CHOPIN
    2020-2021
    MBA Management de l’Intelligence Artificielle
    Lire la suite
  • Digital
    Pierre-Antoine
    2021-2022
    MBA Management de l’Intelligence Artificielle
    Lire la suite
  • Digital
    Steeve Boniface
    2021-2022
    MBA Management de l’Intelligence Artificielle
    Lire la suite
  • Digital
    Ines HABRI
    2020-2021
    MBA Management de l’Intelligence Artificielle
    Lire la suite
  • Digital
    Ingrid Dufour-Bonami
    2020-2021
    MBA Management de l’Intelligence Artificielle
    Lire la suite
  • Digital
    Maryama Inani
    Promotion 2020/2021
    MBA Management de l’Intelligence Artificielle
    Lire la suite