structure médicale, solidaire, compétences, qualités

Les directeurs et responsables des structures dans les secteurs médicaux, paramédicaux, sociaux et solidaires, doivent faire face à de nombreuses obligations. Leurs métiers sont au service des patients, mais de façon indirecte. C’est par la bonne gestion d’un établissement que les meilleurs soins et conseils pourront être transmis et prodigués. C’est pourquoi ces métiers d’encadrement nécessitent à la fois d’intégrer un pilotage stratégique pour mettre en œuvre le projet d’établissement, de savoir gérer la dimension administrative, financière 
et ressources humaines, tout en assurant la représentation et la promotion de la structure. Ce sont des métiers complets qui nécessitent de solides compétences et qualités. Faisons le tour ensemble des prérequis.

Les compétences techniques et savoir-faire

Ce sont des qualités qui sont intrinsèquement liées à la formation et à l’expérience accumulée. Les savoir-faire et des compétences techniques s’apprennent, se mettent en application et évoluent au fil du temps passé dans le secteur.

Connaissance de l’environnement micro et macro

Diriger une structure nécessite de connaître le monde de l’hôpital, et du public médical ou social et solidaire. On ne dirige pas un établissement de ce type comme une entreprise classique. C’est pourquoi une connaissance pointue de l’organisation sanitaire et médico-sociale française est indispensable. Cela passe notamment par un savoir précis sur les dimensions juridiques, économiques et organisationnelles du secteur d’activité (droit social, santé et sécurité sociale notamment).

Gestion de projets

Tous les responsables doivent faire face à des contraintes de temps, de calendrier et d’objectifs. Gérer ses projets internes et externes nécessite de savoir gérer les priorités et de prendre les bonnes décisions de façon stratégique et responsable. La gestion de projets s’impose alors dans de nombreuses situations, du recrutement à l’extension du bâtiment, de la gestion de crise au développement du projet d’établissement.

Management, communication et gestion des conflits

Gérer un établissement veut dire gérer des équipes aux statuts, aux rémunérations et aux attentes très différentes. Il faut favoriser la communication interne, gérer la conduite du changement, favoriser le dialogue social et désamorcer les conflits avant qu’ils n’explosent et n’affectent les patients et résidents. C’est un travail d’équilibriste qui s’acquiert par l’expérience.

Les qualités professionnelles et savoir-être

Ce sont des aptitudes qui restent très personnelles et qui dépendent surtout de la personnalité, de son histoire, de sa culture et de son éducation. Le savoir-être mise beaucoup sur l’intelligence émotionnelle pour être un bon professionnel, mais surtout une bonne personne.

Diplomatie et pédagogie

Ce sont des qualités indispensables pour faire passer le bon message à la bonne personne et au bon moment. Plus que dans n’importe quel autre métier, la direction d’une structure médicale ou solidaire c’est avant tout de savoir gérer l’humain. Pour y parvenir, l’écoute active, l’intelligence émotionnelle et la manière de dire les choses ont au moins autant d’importance que les messages eux-mêmes. Il faut aussi faire preuve de diplomatie au moment de négocier l’attribution des budgets de fonctionnement, et de recevoir les collaborateurs pour des entretiens de carrière, entre autres exemples.

Autorité

Dans une structure médicale ou solidaire, il est parfois nécessaire d’aller au combat. Que ce soit face à une décision de la haute direction, un problème budgétaire ou une problématique de ressources humaines, l’autorité sert à trancher et à avancer. Rien n’est pire que de ne pas prendre de décisions ou de tergiverser pendant des jours ou des semaines. Un manager est payé pour faire avancer son projet. Et si, malgré tous ces efforts, il n’a pas d’autre choix que de passer en force, il doit faire preuve d’autorité avec justesse et responsabilité.

Empathie et résistance au stress

Dans des environnements en flux tendus où l’on se bat contre la maladie, la vieillesse ou le désespoir, il faut être physiquement et psychologiquement prêt pour faire face à des situations difficiles, voire dramatiques. Si les directeurs et responsables ne sont pas forcément en première ligne, ils doivent être présents sur le terrain dès que la situation l’exige. Cela signifie être empathique, compréhensif et à l’écoute lorsque la situation l’exige, tout en étant en mesure de ne pas transmettre son stress sur des équipes.

Gérer une structure médicale, sociale ou solidaire est un emploi passionnant, mais très demandant. Les journées ne se ressemblent jamais et c’est un travail technique, humain et stratégique qui a un impact direct et concret sur les personnes dont l’établissement a la charge. Un métier où la formation et l’expérience sont aussi importantes que les qualités humaines et naturellement développées au contact des patients et des soignants.

Le métier de directeur de structure médicale ou sociale vous intéresse ? Retrouvez notre MBA spécialisé ou contactez-nous !