management-de-la-sécurité-intérieure

Entre les cyberattaques et les risques informatiques qui peuvent compromettre l’activité des entreprises, le vol de données personnelles, les risques terroristes ou d’espionnage industriel et les vols de propriété intellectuelle, dans un monde toujours plus interconnecté et mondialisé, la question de la sécurité intérieure et de son management n’a jamais été aussi présente.

On dépeint souvent les métiers de la sécurité intérieure comme les fonctions régaliennes traditionnelles liées à la gendarmerie, à l’administration pénitentiaire, à la police et à l’armée. Or, ce secteur est en réalité bien plus vaste. Du manager des risques dans une entreprise privée aux auditeurs et cadres d’exploitation dans un aéroport ou une gare, découvrez les nouveaux métiers du management de la sécurité intérieure.

Un secteur privé en pleine ébullition

Directeur/responsable d’une entreprise de sécurité

Ce sont des spécialistes de la sécurité, dotés d’un bon sens des affaires et d’un état d’esprit entrepreneurial. Créer ou gérer une entreprise de sécurité est à la fois exaltant et très stimulant, car les défis sont nombreux. Du recrutement à la formation, en passant par la gestion quotidienne et le démarchage des clients, ce sont des métiers polyvalents qui nécessitent une bonne dose d’expertise et de très grandes qualités humaines. Une entreprise de sécurité n’envoie pas que des vigiles dans les supermarchés. Elle peut se spécialiser dans une multitude de secteurs : protection et surveillance des événements et des personnalités, renseignement, protection des lieux sensibles et des infrastructures technologiques, etc.

Risk Manager

Derrière cette appellation, on retrouve des gestionnaires du risque dans de nombreuses entreprises, avec des métiers très différents. Dans la banque ou les assurances, il évalue les risques financiers encourus par l’organisation par rapport à un client. Dans le conseil, il détermine l’acceptabilité du risque pour des opérations de fusion-acquisition. Dans la sécurité, il peut être en charge du risque technologique, du risque d’intrusion, du risque industriel, de la canalisation des mouvements de foule pour les événements importants ou encore de la supervision des processus de contrôle et d’identification.

Experts et auditeurs spécialisés

Limiter le risque, c’est bien, mais pouvoir le prévenir c’est encore mieux. C’est justement le rôle des experts et des auditeurs dont le métier consiste à étudier minutieusement les risques auxquels une entreprise peut être exposée afin de pouvoir les sécuriser. Cela recouvre un très large éventail : sécurisation des locaux commerciaux, dont les banques et les bijouteries, des unités de production, des serveurs informatiques, etc. En se mettant dans la peau de personnes mal intentionnées, ils peuvent identifier les zones à risque pour les colmater efficacement. Ils travaillent généralement en indépendant ou dans un cabinet spécialisé et officient pour différents clients dans des secteurs d’activité bien identifiés.

Manager d’exploitation

Les entrepôts, zones aéroportuaires, ports de commerce ou gares ferroviaires voient passer chaque jour des flux de marchandises de grande valeur. Pour les protéger le manager d’exploitation est responsable de la sécurité des sites, tant d’un point de vue physique (barrières, caméras…), personnel (contrôle des entrées) que technologique (serveur et réseau informatique). Il coordonne la sécurité sur un site précis, recense les risques, recrute ses collaborateurs et s’assure que les marchandises qui lui sont confiées sont bien protégées.

Le secteur public, une valeur sûre

Spécialiste des risques urbains

Derrière cette appellation vaste, on retrouve des professionnels aux profils différents qui veillent à la sécurité des infrastructures, des bâtiments, des personnes, de l’environnement et des marchandises. De la sécurité publique liée au regroupement de foules dans le cadre d’événements sportifs ou musicaux, en passant par la gestion et l’anticipation du risque en cas de catastrophe climatique, biologique, d’un risque d’incendie ou d’une manifestation susceptible de causer des troubles à l’ordre public, le spécialiste des risques urbains est un consultant expert qui peut aussi travailler pour de nombreuses collectivités locales, régionales ou nationales.

Douane, police et gendarmerie

Enfin, ces exemples seraient incomplets sans les métiers de la douane, de la gendarmerie, de la police, auxquels on peut aussi ajouter l’armée ou encore les renseignements (DGSE). Des métiers avec une forte mission publique et un attachement important lié à la protection du territoire national, que ce soit en métropole, en outre-mer, ou encore dans les représentations diplomatiques à l’étranger (consulats, ambassades, services culturels, organisations internationales, etc.). Des métiers qui impliquent de préparer et passer des concours spécifiques pour des engagements personnels et professionnels, sur le long terme, au service de la sécurité.

De l’agent de sécurité en poste devant un magasin en passant par l’expert en contre-espionnage, le domaine de sécurité est un champ très large. Chaque risque nécessite d’être étudié, analysé et anticipé avec des équipes spécialisées, souvent multidisciplinaires. Des métiers où la polyvalence et la gestion des relations humaines sont au moins aussi importantes que la technicité des compétences.