Social media manager ou community manager : que choisir pour travailler dans le digital ?

CMS header image

Trouver le bon profil pour piloter une stratégie sociale n’est pas toujours une mince affaire pour les entreprises. En cause, des métiers en constante évolution dont le périmètre d’action dépend beaucoup de la taille de l’entreprise. En ce sens, un social media manager et un community manager sont deux métiers différents, mais complémentaires. Dans les grands groupes, ils coexistent et forment une équipe soudée. Dans les petites structures, il n’y a souvent qu’un profil qui fait les deux métiers. Pour en savoir plus, faisons le point ensemble sur ces deux fonctions clés pour accélérer votre stratégie de marketing digital.

Social media manager : le stratège digital

Ouvert aux débutants comme aux salariés plus expérimentés, le social media manager est un poste transversal qui fait partie intégrante de la direction marketing d’une entreprise.

Son poste

C’est un poste stratégique qui nécessite de maîtriser tous les codes et les tendances des réseaux sociaux, tout en ayant des connaissances poussées en marketing. En effet, c’est lui qui élabore la stratégie digitale liée aux réseaux sociaux dans son organisation. En général, il travaille en amont du community manager. Il faut le voir comme un chef d’orchestre qui planifie, élabore des concepts, met en place des KPI et construit une vision pour répondre à un objectif précis (abonnement, vente en ligne, e-réputation, acquisition, etc.).

Ses missions

Il participe à la construction de la stratégie sociale, ce qui comprend notamment la définition des objectifs à atteindre, les réseaux sociaux sur lesquels se positionner selon le ou les personas ciblés, le type de contenu à partager et la ligne éditoriale. Dans certaines grandes entreprises, il peut travailler en collaboration avec le responsable de la production de contenu et le responsable de la communication. 

Il travaille également sur la gestion d’un budget publicitaire pour financer des campagnes en SMA (social media advertising) sur Facebook, Instagram, Twitter, LinkedIn, Pinterest, TikTok, etc. Enfin, il développe des partenariats avec des influenceurs, des ambassadeurs et des affiliés, et est en veille permanente sur les nouvelles tendances du moment.

Ses qualités

Un social media manager doit avoir des connaissances solides en marketing, dans le monde des réseaux sociaux, mais aussi aimer la technologie au sens large. Parce que son poste dépend largement de son entreprise, il peut être amené à travailler des stratégies d’acquisition, de nurturing et de conversion, gérer la fidélisation, et participer aux réunions liées au marketing produit. 

Si le web est son terrain de jeu, il doit aussi être particulièrement rigoureux et bien organisé pour gérer son budget, ses équipes et un calendrier souvent serré qui évolue régulièrement. Il doit aussi avoir un esprit analytique développé, des compétences managériales éprouvées et savoir gérer des prestataires tiers selon les projets (graphiste, web développeur, SEO manager, spécialiste de la vidéo, etc.).

Community manager : la première ligne de front

Spécialiste des réseaux sociaux et de l’expérience client, le community manager est un poste ouvert aux débutants et aux salariés juniors pour faire ses premières armes dans le monde du marketing digital.

Son poste

Il est responsable de la construction d’une communauté sociale afin de fédérer des abonnés autour de la marque qu’il représente. C’est lui qui gère la publication des contenus en ligne, qui répond aux questions, modère les commentaires et intervient dans les débats lorsque c’est nécessaire. C’est un travail qui se situe à la confluence du webmarketing et de la relation client. Travaillant sous la responsabilité d’un social media manager, responsable communication ou marketing selon les cas, il reste le contact privilégié des clients sur les réseaux sociaux, que ce soit en B2B ou en B2C.

Ses missions

Le community manager diffuse les contenus sur les réseaux sociaux selon la ligne éditoriale et les personas de l’entreprise. Parfois, il peut même être associé à la création de ces derniers. Parce qu’on ne publie pas la même chose sur Facebook, Twitter, Instagram ou LinkedIn, il doit aussi adapter le contenu et surveiller son impact selon les plateformes. Sa mission la plus importante est alors de lire et de répondre rapidement aux messages de sa communauté et savoir comment gérer les situations de crise, les attaques contre la marque et les éventuels bad buzz.

En tant qu’animateur, il doit lancer des sujets de conversations, encourager les membres à s’exprimer, et organiser différents jeux et concours afin d’augmenter l’engagement et le nombre d’abonnés.

Ses qualités

Le community manager doit généralement faire preuve d’un grand sang-froid, de beaucoup d’humour et doit aussi maîtriser tous les codes des réseaux sociaux. Tous les ans, des tendances naissent et meurent, des mèmes deviennent extraordinairement populaires et le newsjacking fait toujours autant recette. Le monde des réseaux sociaux étant un monde un peu à part, il est essentiel d’y être immergé pour s’y épanouir. Enfin, il doit aussi être efficace dans sa communication, disposer d’un français impeccable (orthographe, syntaxe et grammaire) et rester à l’écoute de sa communauté.

Pour travailler avec les réseaux sociaux, le social media manager et le community manager sont deux postes clés. Si leurs responsabilités peuvent varier selon les entreprises, ce sont des métiers passionnants et exigeants pour assurer le développement des valeurs fortes d’une marque et se mettre au service de ses clients.