Les tendances du futur de la supply chain

CMS header image

La supply chain est un domaine qui évolue vite. On ne gère pas une chaîne d’approvisionnement aujourd’hui comme il y a dix ou vingt ans, car les méthodes de travail évoluent, les attentes des clients également, tout comme les exigences des fournisseurs dans un environnement géopolitique instable et soumis à de fortes pressions. Et ce, sans compter l’évolution rapide des technologies qui redessinent le monde du travail. C’est pourquoi les professionnels de la supply chain doivent se former en permanence pour travailler plus efficacement pour préparer le futur. Et en matière de futur, des tendances se dessinent et s’affinent tous les ans. C’est donc l’occasion parfaite pour réaliser un état des lieux prospectif de la supply chain. 

Une technologie omniprésente

La transformation digitale n’est pas un vain mot en matière de logistique, car la technologie se fait envahissante et plus performante. La nécessité de se réinventer sur un marché en flux tendu devient donc indispensable pour travailler le mieux possible avec ces nouveaux outils, des robots à l’intelligence artificielle en passant par la blockchain.

Les robots mobiles autonomes

L’utilisation de robots mobiles autonomes (ou AMR pour autonomous mobile robots) sera grandissante dans les prochaines années. En adoptant cette technologie, les entreprises pourront notamment automatiser et rationaliser leurs processus logistiques. Les AMR constituent un moyen simple, efficace et rentable d’automatiser les tâches de manutention et de transport interne dans presque toutes les situations. 

Cela ne veut pas dire que les robots vont complètement prendre en charge la chaîne d’approvisionnement, mais on se rapproche plutôt de la notion de cobotique, qui consiste à utiliser la robotique pour augmenter les capacités humaines plutôt que de les remplacer. Ce néologisme, fusion des mots « coopération » et « robotique » vise à mettre en évidence la collaboration entre un salarié et un robot. Une manière d’améliorer la productivité humaine et de mieux coexister avec les robots.

L'intelligence artificielle

Directement liée à l’IoT (internet des objets), l’intelligence artificielle (IA) peut collecter de nombreuses données issues de capteurs disposés à tous les points stratégiques de la chaîne de production. L’IA peut ainsi organiser et analyser des données pour faciliter la prise de décision. Elle peut également anticiper les pics d’activités et rationaliser les ressources nécessaires pour mener à bien certaines tâches.

En travaillant avec l’IA sur des sujets clés comme la planification de la chaîne d’approvisionnement et la gestion des stocks, les entreprises les plus digitalisées pourront faire des bonds significatifs en matière de création de valeur et de productivité. 

La blockchain

C’est une technologie de stockage et de sécurisation de données qui peut avoir un impact positif dans trois domaines clés :

  • Fournir des informations précises et actualisées à tout moment.
  • Garantir la visibilité des données et des informations pour toutes les parties prenantes.
  • Garantir la sécurité de toutes les informations contenues dans la blockchain.

La blockchain a fait beaucoup parler d’elle au cours des dernières années et la technologie elle-même continue d’évoluer pour atteindre une certaine maturité. Étant donné l’importance des données dans la gestion de la chaîne d’approvisionnement, il ne fait aucun doute que les entreprises qui s’intéressent à la blockchain auront une longueur d’avance sur leurs concurrents dans le futur. C’est ainsi l’occasion de l’expérimenter par petites touches sur certains projets spécifiques.

La gestion efficace de la personnalisation

L’expérience client (ou CX pour customer experience) est une composante essentielle pour les entreprises. Et l’un de ces leviers est la personnalisation des produits et services vendus. Cela signifie qu’un produit peut être décliné en des dizaines de versions différentes. Adapter les produits aux besoins individuels des clients n’est pas une nouveauté en matière de supply chain, mais il est temps de scaler cette spécificité pour se différencier. Une gestion efficace de la personnalisation signifie développer des niveaux d’agilité et de flexibilité uniques.

Par exemple, Lancôme bénéficie d’une fabrication locale flexible et une logistique agile pour permettre la livraison en 48 heures d’un fond de teint conçu spécifiquement pour s’adapter au teint et au type de peau du client. On peut aussi citer le service « Nike by you » qui propose des baskets sur mesure grâce à des sélections personnalisées de tissus, de couleurs et de matériels qui sont mises à la disposition du client dans les semaines suivant la commande. La question est donc de savoir si vous êtes prêts à gérer des demandes personnalisées pour vos clients. Un service qui permettrait de développer un nouveau marché potentiel dans le futur.

Réduire l'impact environnemental

Pour se préparer aux risques de la chaîne d’approvisionnement liés au changement climatique mondial, les entreprises devront tenir compte du facteur climatique en matière de sourcing et de planning. Cela signifie rechercher des matériaux et des ressources de remplacement, chercher de nouveaux moyens de sécuriser l’approvisionnement et minimiser les perturbations.

Réduire l’impact environnemental nécessite aussi d’adopter une approche offensive et non pas que défensive. Cela peut passer par un sourcing plus strict des fournisseurs qui partagent un engagement en faveur de la sensibilisation et de l’action en faveur du climat. On parle ainsi de normes renforcées sur la pollution, l’empreinte carbone, mais également – de manière plus large – sur le respect des droits humains. La planification de la chaîne d’approvisionnement intelligente sur le plan climatique devrait devenir un élément fondamental à une époque où la sensibilisation écologique est une priorité.

Secteur stratégique de l’économie, la supply chain est une industrie qui cherche toujours à optimiser son activité, à réduire ses coûts, à limiter les risques, tout en sécurisant ses approvisionnements. Il est donc nécessaire de s’intéresser aux nouvelles tendances et ne pas hésiter à expérimenter de nouvelles pratiques pour maximiser son efficacité opérationnelle.